mercredi 20 décembre 2017

THE MANDRAKE MEMORIAL - Puzzle

Wah Wah Records WDLX001
Pressage : GZ Digital Media
Edition limitée à 1000 copies, 180 gram
Espagne, 2009



A l'origine, The Mandrake Memorial est un groupe formé à la fin de 1967 pour se produire dans un club de Philadelphie, The Trauma. Il est constitué autour du chanteur-guitariste Michael Kac, rejoint par le batteur J. Kevin Lally. Kac a ensuite recruté un jeune guitariste, Craig Anderton, qu'il avait vu au sein d'un groupe de l'université de Pennsylvanie appelé The Flowers of Evil. Enfin, Lally a convaincu son ami Randy Monaco, bassiste et chanteur de The Novae Police, de déménager à Philadelphie pour les rejoindre.


Mandrake a ouvert pour The Doors, Big Brother et la Holding Cie, Frank Zappa & The Mothers of Invention, Moby Grape et Strawberry Alarm Clock, entre autres, et est apparu à la télévision avec Pink Floyd. Bientôt, Le Mandrake se produisit dans des clubs comme le Boston Tea Party, le Psychedelic Supermarket, le Electric Circus, le Café A Go Go de New York, le Second Fret et le Main Point. Manny Rubin les a fait signer chez Poppy Records, le nouveau label de musique expérimentale de MGM Records. Leur premier album éponyme s'est vendu à plus de 100 000 exemplaires, principalement dans les régions de Philadelphie, New York et Boston. Un second album, Medium, a été achevé au début de 1969 et acclamé par la critique.

Kac (et son Rock-Si-Chord) quittent le groupe après Medium, à cause de différences musicales, et à l'été 1969, le trio restant se rend en Angleterre pour enregistrer un album acoustique avec le célèbre producteur Shel Talmy.


De retour à Philadelphie, le groupe commence à travailler sur un nouvel album, façonnant certaines des chansons de leur album acoustique refusé par leur maison de disques. Ils font alors équipe avec le producteur new-yorkais Ronald Frangipane, qui leur permet d'utiliser un orchestre et de compléter les chansons avec une chorale complète, une chorale d'enfants et une production plus élaborée.

Sans contexte Puzzle est l'oeuvre la plus élaborée du Mandrake. Elle s'écoute comme un album concept, navigant entre psychédélisme baroque ("Bucket Of Air") et ambiance religieuse ("Kyrie"). Les orchestrations ne viennent jamais supplanter les compositions du trio; elles s'unissent entre elles pour former un ensemble cohérent et original.


Puzzle fut considéré comme un chef-d'oeuvre de rock progressif, mais vu le coût de réalisation assez important, il ne fut pas rentable. Il a cependant recueilli des éloges critiques, notamment de la part du chef classique Seiji Ozawa dans l'édition du 23 mai 1970 du magazine Billboard :"I love this recording. With some recordings, I can listen to only one selection, but this recording I love to hear from the very beginning, from the first note to the last." (J'adore cet album. Avec certains albums, je ne peux écouter qu'un seul titre, mais celui-ci j'aime l'écouter depuis le début, de la première note à la dernière). Fusion, une importante publication de musique rock à l'époque, a ajouté que c'était "une symphonie de l'esprit, l'un des albums les plus importants de la décennie à venir." Le groupe a enregistré un single de plus, une reprise de "Something In The Air" de Thunderclap Newman. Face à l'insuccès, le trio se sépare définitivement.




Craig Anderton - guitares 6 et 12 cordes, sitar, Coral sitar, modulator
Randy Monaco - voix, basse
J. Kevin Lally - batterie, timpani

// A collectionner //
Original vinyle : Poppy Records PYS-40,006 Stereo, fin 1969
CD = Collectables Records COL-0693, 1996 (dubbed from vinyl)

jeudi 15 juin 2017

LE 45 TOURS INTRIGANT #9 - Pop Orchestra - Quick And Quick EP

Pop Orchestra ‎– Quick And Quick EP
Libet ‎– 3370
Date Inconnue

Peu de choses à dire sur cet EP, sur son histoire et celle de son groupe. On peut croire le groupe Mâconnais, d'après les infos à l'arrière de la pochette. C'est leur unique enregistrement paru, certainement publié à la toute fin des années soixante voire début soixante dix.

Quatre chansons instrumentales jouées sous le signe du groove jazz. "Futuring", la dernière, nous offre une ligne de basse ronde et une section cuivre pleine de peps. Le solo de batterie donne une complémentarité qui rend ce morceau très intéressant.

Les six membres auront donc signé là leurs quatre et uniques chansons. Cet EP n'a pas accédé à une grande renommée avec le temps, mais saura titiller les collectionneurs amateurs d'obscurités.

A1: Quick And Quick
A2: Cincinnati Kid
B1: On Ne Vit Qu'Une Fois
B2: Futuring

Membres:

G. Tirreau 
A. Serrand
B. Large
R. Legate
B. Di Domizio 
F. Di Domizio

samedi 27 mai 2017

SPOT - Spot

Ohrwaschl Records ‎– OW VINYL 04
Réédition, Gatefold
Allemagne
Date : 2016

Original :
Evasion Disques ‎– E A 100 301
France
Date : 1971


L'album éponyme de Spot est l'un des plus rares de la scène rock suisse de la décennie 70. Sorti sur le label Evasion (créé par Gaston Schaefer et François Vautier) en quelques centaines d'exemplaires uniquement destinés aux fans du groupe, il est aujourd'hui négocié aux alentours de 1.000 € sur la toile.
Cet album vivement recherché fit l'objet d'une réédition non officielle dans les années 80, limitée à 500 exemplaires numérotés présentés dans une pochette différente simple (voir ci-dessous).

Spot était composé de deux membres suisses, le batteur Philippe Dubugnon et le bassiste André Jungo, du chanteur grec Pavlo Pendacki et du guitariste britannique John Woolloff. Seul ce dernier a fait une carrière internationale dans la musique aux côtés d'artistes aussi variés que Patrick Moraz, Catherine Lara, Francis Cabrel ou Daniel Balavoine. Excellent guitariste déjà en 1971, il est le maillon fort du groupe, distillant ses riffs rageurs à coup de wha-wha dans un mix de hard-rock et de blues vaguement psychédélique. Les autres musiciens ne sont malheureusement pas à la hauteur, notamment un Pavlo Pendecki pas très convaincant, au chant approximatif, surtout lorsqu'il cherche à calquer les stars de l'époque (Robert Plant, Ian Gillan...).

back cover
Un graal pour les collectionneurs de raretés seventies. Une curiosité pour d'autres. Cette édition Ohrwaschl en provenance d'Allemagne (certainement non officielle) reproduit à l'identique l'édition Evasion dans sa version originale gatefold, additionnée de deux titres bonus (un sur chaque face).



Réédition non officielle - Années 80

Basse – André Jungo
Batterie – Philippe Dubugnon
Guitare lead, Voix – John Woolloff
Voix, Claviers – Pavlo Pendacki

THE SOUND - Thunder Up

New Musidisc - 2367
Décembre 1987
France




Viré du label Korova (qui avait préféré faire la promo d'Echo & The Bunnymen), abandonné par Laurie Dunn patron de Statik Records (qui s'est envolé vers son Australie natale avec les masters des trois derniers albums!), en 1987 The Sound n'a plus de label. Mais les belges de Play It Again Sam arrivent au secours du groupe. Vu le succès rencontré auprès des publics belges et hollandais, il est presque logique que ce mariage là ait eu lieu un jour.

Pour les sessions d'enregistrement de ce dernier album, aux manettes des studios Elephant à Londres, on retrouve l'ingénieur du son de "Jeopardy", Nick Robbins. La boucle est bouclée. Et c'est plutôt pour le plus grand bonheur de nos oreilles puisque le résultat est réussi. Même si le groupe s'est apaisé, que le côté rugueux, presque punk n'est plus, on retrouve dans cet album l'énergie de The Sound telle qu'on pouvait l'entendre en live à l'époque (cf. le 2xLP "In The Hothouse" sorti en 1985).

Colin Mayers - Graham Bailey - Michael Dudley - Adrian Borland
La face A démarre avec un hymne, "Acceleration Group", qui rappelle dans sa structure et son énergie le titre d'ouverture, "Winning", de l'album "From The Lions Mouth". Changement d'ambiance, plus apaisée, avec le titre suivant, "Hand Of Love", dans lequel on ressent les influences du Velvet Underground.
7" Hand Of Love - 1987
Le troisième titre se fait plus classique et on voyage au Portugal vers le "Barria Alta" (en réalité Barrio Alta - la place haute), un night-club de Lisbonne où le groupe aimait se rendre. Vient ensuite le tubesque "Kinetic". Titre très entrainant, avec une tension palpable, dans lequel on retrouve toute l'énergie live du groupe.

7" Iron Years - 1987
"Iron Years" ferme la face A. Plus posé, parsemé de synthés "cuivrés", il représente la facette pop de The Sound, qu'on entendait déjà dans l'album studio précédent "Heads and Hearts".

Face B, "Prove Me Wrong" est une pure signature du groupe : Rythmique pulsative, claviers sautillants, chant un peu nerveux. "Shut Up and Shut Down" est, lui, plus introspectif, mystérieux, avec cette alternance de noir et blanc si représentative du quatuor anglais.
Vient ensuite un morceau que j'aime beaucoup, "Web of Wicked Day". La voix d'Adrian Borland, dans un registre grave, se fait mélancolique et nostalgique. Ce titre peut rappeler l'ambiance de "Closer" de Joy Division, avec plus de légèreté. "I Give You Pain" porte encore davantage de tristesse, celle de la souffrance amoureuse, de la solitude, dans une ambiance presque Velvetienne. "You've Got A Way" cloture cette face B, qui s'affiche plus sombre, plus revêche. Les dernières paroles de "Thunder Up" sont presque prémonitoires :

Won't you take me back again
Won't you let me in again
Don't want to be so pure
But I don't want to go insane
I have tried but I am still starring into a space
Only you can fill with a smile that could say
Send your troubles on their way
You've got a way to shoot the night right through with the light of the day
You've got a way, he-hey, you've got a way

Malheureusement l'état de santé mental d'Adrian Borland s'est aggravé pendant ces dernières sessions d'enregistrement. Il finit par être hospitalisé et est diagnostiqué souffrant d'un trouble schizophrénique affectif, ce qui entraine chez lui des symptômes de trouble bipolaire (dépression, manie) et des symptômes d'une schizophrénie. Autrement dit une situation incompatible avec la vie de musicien de rock.

Le groupe se sépare donc quelques mois après la sortie de Thunder Up, et une tournée (écourtée) aux Pays-Bas.

On mesure tout le chemin parcouru par ces quatre musiciens, en huit d'existence, et sept albums (dont un double live). Et malgré l'état de santé très fragile de leur leader, ils ont réussi ce dernier pari. Ils ont toujours relevé la tête malgré l'adversité. Malheureusement, The Sound n'a jamais marché commercialement. From The Lions Mouth s'était vendu à 100.000 exemplaires. Celui-ci certainement moins, car il n'avait pas vraiment bénéficié d'une promotion à l'époque, et il faut aussi être honnête, il n'en atteint pas le niveau artistique.

A noter que les remastérisations CD des trois albums initialement sortis sur Statik Records ont du être faites à partir des vinyles car les masters n'existent plus. Laurie Dunn, pris de remords, les avait retournés depuis l'Australie, mais les Douanes anglaises les ont détruits.
Le CD du coffret Edsel contient quatre bonus :
Iron Years (version 7"single edit), I Give You Pain (live - Face B du 7" Iron Years), Fall Of Europe (Face B du 12" Iron Years), Such A Difference To Me (Face B du 7" Hand of Love).

Back cover

Pressage France/ New Musidisc - 2367
Inner Sleeve
 Inner Sleeve

Le vinyle et sa version CD (coffret Edsel)
Original Belgique / Play It Again Sam Records ‎– BIAS 53

12" Iron Years - 1987 press. Canada - Nettwerk ‎- NT12 3015
Adrian Borland - Guitares et chant
Colvin "Max" Mayers - Claviers et guitares
Graham Bailey - Basses
Michael Dudley - Batterie et percussions

jeudi 18 mai 2017

OPPOSITION - Intimacy

Disc'Az ‎– AZ/2 439
Double Vision Records ‎– AZ/2 439
France
1982


Originaire de Londres, le trio Oppostion fait parti de ces artistes anglais qui n'ont pas su trouver un public dans leur propre pays, mais qui surent se faire adopter par d'autres pays d'Europe, notamment la France.

Leur premier LP intitulé "Breaking The Silence", sorti en 1981 sur le label français AZ'discs, posait les bases d'une musique difficilement classable. Sans doute une des raisons pour lesquelles la perfide Albion n'avait pas accroché à ce cocktail perturbant ...

"Intimacy", second opus du groupe, est également un disque en marge, libre et solaire comme un album de The Police, intimiste et froid comme un "Faith" de The Cure. Mais la musique de Opposition va au-delà de cela. C'est aussi une oeuvre de fusion rock, avec la magnifique basse fretless de Marcus Bell qui glisse sensuellement entre les notes de pianos, les attaques douces ou franches des baguettes de Ralph Hall, enveloppées par la guitare tantôt hargneuse, tantôt tendre de Mark Long. Une musique et un chant tout en nuances, ombres et lumières.

"Intimacy" est surtout un album plus abouti et personnel que le précédent. Rien que pour le titre "In The Heart" qui clôture la face A, qui est un modèle de sensibilité et sonne comme un hymne à la vie.

« Le premier album était naïf et innocent; "Intimacy" est bien plus agressif. Bien sûr, pas au premier degré: il n’y a pas plus de bruits ou d’éjaculation de watts, mais cette fois, il y a encore plus de hargne, toutes ces frustrations que nous osons enfin exhiber. Nous, nous sommes complétement investis au niveau émotionnel. Crois-moi, nous n’avons pas choisi la voie de la facilité. Nous sommes peut-être inconscients ou mégalos, mais nous savons exactement ce que nous voulons. Lorsqu’on rentre le soir dormir dans nos chambres de bonne, on se pose souvent ces questions : comment vivre, comment survivre? La seule réponse qui nous convienne, c’est la musique que nous avons choisie ». Mark Long
"Après le krach d’AZ, en France, Marcus et moi avons joué sur l’album de Dave Wolfson et son directeur artistique chez Charisma nous a remarqués. On lui a donné des exemplaires de nos deux 30". Il a trouvé cela pas mal, puis il a réécouté pour enfin craquer. Le président de Charisma a eu la même réaction, au point qu’il s’est décidé à sortir "Intimacy" en Angleterre (NDLR : avec une pochette différente en 1983). Charisma nous a signé pour le monde entier en nous offrant une liberté artistique totale, comment refuser ? » ... ML
Charisma ‎– CAS 1161 - 1983
« Durant les sessions de "Promises", Opposition tourne sans cesse sur les scènes anglaises. "Intimacy" s’est classé parmi les disques de l’année du Melody Maker ... le gag c’est qu’il n’était disponible à l’époque qu’en imports français ». ML
7" "My Room is White" - Charisma 1983

L'album "Intimacy" n'a jamais été édité en CD. Ses neuf titres sont équitablement dispatchés sur les CD des albums "Promises" et "Empire Days", introuvables de nos jours…

A noter que Mark Long propose depuis 2009 le téléchargement en fichiers WAV de l'album sous son propre label MrJones Productions.
Il avait déjà réédité la version CD du premier album, remastérisée et additionnée de deux titres inédits "She Said" et "Open The Door".
Espérons qu'il en sera de même un jour pour "Intimacy" qui le mérite vraiment !

Je tiens également à adresser une tendre pensée à ce génial bassiste Marcus Bell qui nous a quitté en décembre 2014…



A1    Voice Has Changed   
A2    A Day In The Future   
A3    Aching Arms   
A4    I Became A New Man   
A5    In The Heart 
B1    Lifes Blood   
B2    Sand And Glue   
B3    My Room Is White   
B4    New Homes   
B5    Big Room Small View

lundi 15 mai 2017

LE 45 TOURS INTRIGANT #8 - LES PROBLEMES - Je Ne Vois Rien / Passe Ton Chemin

Les Problèmes - Je Ne Vois Rien
Disques Vogue ‎– V.45-1316 (Édition promo)
1965




Le EP numéro un des Problèmes paru en 1965 les vendait comme étant le "1er groupe authentique de rhythm and blues 100% français". Les guitares aussi fuzz qu'un tremblement de terre prouveront qu'ils étaient de la veine garage.
Ce premier quatre titres ne fera pas trop de bruit à l'époque et restera plutôt confidentiel, mais le temps s'est chargé de lui former une renommée à la hauteur de sa musique.  


Les jeunes Gérard Rinaldi, Jean Sarrus, Luis Rego, Gérard Filippelli et Donald Rieubon s’essayeront à la musique garage le temps de deux EP et d'un 33 tours enregistré avec Antoine. En réalité ce dernier n'est présent que sur quelques chansons de l'album, le reste étant entièrement l’œuvre des Problèmes, avec notamment des chansons extraites de leurs deux EP.

Suite à leur rencontre avec Antoine, les Problèmes se concertent et en viennent à changer leur style et leur nom. Les Charlots naissent et le garage fuzz laisse place à la chanson humoristique.
La légende veut aussi que leur changement vient directement du label Vogue, chez qui la bande était engagée. Suite à un échec commercial non négligeable, le label s'impatientait et faisait pression sur les Problèmes pour que ceux-ci changent leur image de marque pour quelque chose de plus "français".


Donald, le batteur, partit faire son service militaire et fut remplacé par Jean-Guy Fechner, frère de Christian Fechner, qui n'était autre que le manager du groupe. La basse sera pendant un temps tenue par Jacques Dautriche, alias "Sullivan", qui remplacera Luis Rego, le temps de son incarcération au Portugal, ce dernier ayant fuit le pays quelques années plus tôt pour ne pas faire son devoir militaire. Il reviendra par la suite en France pour continuer son aventure musicale avec ses amis.
Tout cela signera bel et bien la fin des Problèmes et leur renouveau en tant que Charlots.

Les Problèmes ont laissé une trace indélébile dans la musique rock française. Aujourd'hui leur premier EP est considéré comme l'un des meilleurs disques du genre.
Ce EP sera décliné en deux 45 tours deux titres promo, un avec les titres Je Ne Vois Rien / Passe Ton Chemin (celui présenté dans cet article) et un autre avec les deux autres titres Si C'est La Nuit / Il Suffirait D'Un Rien.




Les versions SP promo sont une alternative souvent moins coûteuse au premier EP des Problèmes, bien qu'elles soient aussi très recherchées par les collectionneurs et amateurs du style .









Discographie des Problèmes:

Premier EP: Les Problèmes ‎- Je Ne Vois Rien - 1965
  • A1: Je Ne Vois Rien
  • A2: Il Suffirait D'un Rien
  • B1: Si C'est La Nuit
  • B2: Passe Ton Chemin 
Deuxième EP: Les Problemes - Ballade A Luis Rego, Prisonnier Politique - 1966
  • A1: Ballade A Luis Rego, Prisonnier Politique
  • A2: Pop Jerk
  • B1: On S'en Fout
  • B2: Pas Adieu
Troisième EP: Antoine Et Les Problèmes - Antoine Rencontre Les Problèmes - 1966 (de l'album du même nom)
  • A1: Je Dis Ce Que Je Pense Et Je Vis Comme Je Veux
  • A2: Ce Monde Existe
  • B1: Contre-Elucubrations Problématiques
  • B2: Dodécaphonie
Unique Album: Antoine Et Les Problèmes ‎– Antoine Rencontre Les Problèmes
  • A1: Contre-Elubration Problèmatiques
  • A2: Des Lendemains
  • A3: Pop Jerk
  • A4: Ce Monde Existe
  • A5: Dodécaphonique
  • A6: Je Ne Vois Rien
  • B1: Ballade A Luis Rego, Prisonnier Politique
  • B2: On S'En Fout
  • B3: Pas Adieu
  • B4: S'il Boude
  • B5: Si C'Est La Nuit
  • B6: Je Dis Ce Que Je Pense Et Je Vis Comme Je Veux

dimanche 14 mai 2017

DAVID BOWIE - The Jean Genie

EMI ‎– DBJEAN 40, EMI ‎– 5099997903178
*** 40th Anniversary ***
Vinyle 7", 45 rpm, Single, Limited Edition, Picture Disc, Remastered, Stereo, Mono
UK & US
23 Novembre 2012





Ce picture 7" fut édité par EMI en 2012 pour célébrer les 40 ans de la sortie initiale du single The Jean Genie.

Israel 1973
Ce titre fut enregistré à l'automne 1972 aux studios RCA à New York. Sa sortie va même précéder celle de l'album  dont il fut extrait, Aladdin Sane (13 avril 1973). Il fut produit par Ken Scott, déjà collaborateur sur les deux précédents albums, Hunky Dory et Ziggy Stardust.

A l'origine, il fut édité dans deux versions avec en face B, Ziggy Stardust ou Hang on to Yourself. Et selon le pays, il fit l'objet d'une présentation dans une variété de pochettes différentes. (voir ci-dessous)

Les musiciens (Le guitariste Mick Ronson, le bassiste Trevor Bolder et le batteur Mick Woodmansey) qui entourent Bowie sont ses fidèles compagnons du Rise and Fall of Ziggy Stardust, qu'on peut considérer comme l'équipe la plus harmonieuse qui ait accompagné le Thin White Duck.  

La promotion de The Jean Genie fut assurée par un clip vidéo dans lequel apparaît l'associée d'Andy Warhol, l'actrice et top-model Cyrinda Foxe, qui a une forte ressemblance avec Marilyn Monroe. C'est visiblement elle qui se retrouve en photo aux côtés de Bowie sur la face A du picture disc. A noter la ressemblance entre le picture disc présenté ici et la pochette israélienne de 1973 !

The Jean Genie atteint la 2e place aux charts britanniques. Le groupe enregistra également le single pour l'émission Top of The Pops le 4 janvier 1973. C'est cette version que l'on retrouve en face AA sur cette édition picture de 2012.



Grande-Bretagne 1972
Allemagne 1972 version 2
Allemagne version 1
France 1974
Espagne 1973
Portugal 1973
Yougoslavie 1973
Japon 1973
Italie 1973
Australie & Nouvelle Zélande 1973
reissue UK 1983 - Série David Bowie Lifetimes The Singles


Bienvenue sur Le Sillon !

7", 10", 12", picture-disc, floppy-disc, acetate, aux couleurs multiples, aux formes découpées, le disque vinyle multiplie le...